Historique du jumelage

INSTITUTION DES CHARTREUX – COLLEGE SAINT GEORGES

HISTORIQUE ET ACTIVITES DU JUMELAGE

Dans la tradition de liens culturels privilégiés entre le Liban et Lyon, l’Enseignement Catholique du Liban nous a sollicités en janvier 1992 pour établir un jumelage entre deux établissements scolaires, à savoir d’une part l’Institution des Chartreux et d’autre part le Collège Saint Georges de Zalka.

Janvier 1993 : visite à Lyon du Recteur du collège Saint Georges et début des échanges épistolaires entre les élèves des deux établissements.

Du 22 au 28 Octobre 1993 : premier séjour au Liban de professeurs et de parents d’élèves de l’Institution des Chartreux.

En Décembre 1993 : première exposition photos à la suite de ce premier voyage.

Février 1994 : 220 personnes participent à la toute première soirée Liban organisée autour d’une conférence du Professeur Albert Chavanne, ancien doyen de la Faculté de Droit de l’Université Saint Joseph de Beyrouth et professeur émérite à l’Université Lyon III Jean Moulin.

Octobre – Novembre 1994 : deuxième séjour au Liban d’une délégation des Chartreux présidée par le Supérieur de l’Institution et constituée des trois premiers élèves, ainsi que de parents et de professeurs. Le principe d’un accueil réciproque ainsi que celui de l’attribution d’une bourse d’études supérieures pour des étudiants libanais sont posés lors de ce voyage.

15 Décembre 1994 : conférence de Yola Nasr sur la situation du Liban.

Avril 1995 : troisième séjour au Liban : 11 élèves se rendent dans la famille de leur correspondant.

Juillet 1995 : premier séjour des élèves libanais en France.

Septembre 1995 : les deux premiers étudiants libanais viennent poursuivre leurs études en Math. Sup. aux Chartreux : Mlle Cyrine Nehmé qui poursuit actuellement ses études à Saclay en Astrophysique et  Dalida El Khoury qui, après trois années à l’Esigelec à Rouen travaille chez Alcatel dans le département fibre optique.

18 Septembre 1995 : première Assemblée Générale de l’Association de Jumelage dont les statuts ont été déposés en Préfecture le 23 juin 1995.

Novembre 1995 : conférence de Camille Zaïdan, Directeur National de l’Enseignement Catholique du Liban, sur le thème de l’enseignement au Liban.

Avril 1996 : 14 élèves des Chartreux se rendent chez leurs correspondants libanais.

Septembre 1996 : 18 Libanais viennent séjourner chez leurs correspondants français. Marie-Aimée Romanos rejoint la Math. Sup. des Chartreux. Le Supérieur de l’Institution des Chartreux, M. Georges Babolat, donne deux conférences aux chefs d’établissements catholiques du Liban sur le thème de l’éducation à la citoyenneté.

12 Novembre 1996 : soirée Liban à l’Institution des Chartreux.

Du 22 Avril au 3 Mai 1997 : séjour de 21 élèves des Chartreux au Liban.Conférence à Saint Georges de M. Bruno Martin, Président de l’Institut Saint Irénée de Lyon, sur les liens historiques entre Lyon et le Liban.

29 mai 1997 : soirée Liban.Création du journal de l’association de jumelage : « Le Cèdre»

Septembre 1997 : Rawad Habib intègre Math. Sup. à l’Institution des Chartreux.Il a ensuite intégré l’ENSAlS à Strasbourg. Actuellement, muni de son diplome d’ingénieur, il travaille en Afrique avec son frère.

18 septembre 1997 : conférence du Professeur Joseph Zaahrour, professeur à l’Université Saint Joseph de Beyrouth, à l’Institution des Chartreux, sur le thème « Le Liban aujourd’hui ».

Pâques 1998 : 17 élèves français séjournent au Liban.

Du 3 au 17 juillet 1998 : 23 élèves libanais viennent chez leurs correspondants français.

Septembre 1998 : Denise Tannoury rejoint Math. Sup. à l’Institution des Chartreux, et Marc Moussa intègre une Classe Préparatoire Commerciale aux Chartreux. Ils sont maintenant respectivement en école d’ingénieur à Blois et en école de commerce à Nice, pour effectuer leur dernière année.

Avril 1999 : séjour de 17 jeunes Libanais à Lyon.

9 avril 1999 : soirée Liban en présence des correspondants libanais, après une conférence de Georges Barakat, personnalité éminente de la Communauté libanaise à Lyon.

Juillet 1999 : 17 élèves français se rendent au Liban.

Septembre 1999 : arrivée de Bachir Yasbeck, étudiant libanais originaire de Deir el Kamar en Math. Sup. à l’Institution des Chartreux. Il est actuellement en école d’ingénieurs à Toulouse.

Avril 2000 : 17 élèves français se rendent au Liban

19 Mai 2000 : soirée Liban avec une animation par un orchestre et une chorale libanaise

Juillet 2000 : séjour de 15 jeunes Libanais à Lyon

Septembre 2000 : arrivée de Charbel Kalayli et de Wassim Nehmé en Math.Sup à l’Institution des Chartreux.

Avril 2001 : 17 élèves Libanais et 3 accompagnateurs sont présents en France, reçus par notre association.

Juillet 2001 : 15 élèves français et 3 accompagnateurs se rendent au Liban

Septembre 2001 : Arrivé de Joseph El Kortbawi en Math.Sup à l’Institution des Chartreux, qui accueille toujours Bachir Yasbeck, Wassim Nehmé et Charbel Kalayli. Ces deux derniers sont  en école d’ingénieurs respectivement à Nancy et à Lille.

L’année 2002 a été marquée par une activité réduite. Les évènements au Proche Orient ont empêché d’effectuer les échanges scolaires habituels.

Septembre 2002 : Arrivée de Joseph Harb et Claude Abboud en Math. Sup à l’Institution des Chartreux. Joseph El Kortbawi est, quant à lui, en seconde année de classe préparatoire.

Toussaint 2002 : l’association organise un voyage de dix jours au Liban auquel 35 personnes ont participé. Le but est de faire connaitre ce pays tant du point de vue culturel que relationnel.

Au bilan,

l’Association Chartreux-Saint Georges a permis pour l’instant à douze jeunes Libanais d’effectuer des études scientifiques ou commerciales de haut niveau, qu’ils n’auraient sans doute pas pu effectuer dans leur pays. Par ailleurs, leur présence en France pendant 5 ans leur a permis d’améliorer grandement leur maîtrise de la langue française et de s’imprégner davantage de la culture de notre pays.

D’autre part, l’aide substantielle au Collège Saint Georges que l’Association adresse tous les ans sous forme de matériel pédagogique, informatique ou scientifique permet aux jeunes de cet établissement de se développer de manière plus harmonieuse.

Enfin, les liens tissés entre les différents intervenants et correspondants au long de toutes ces années permettent une meilleure compréhension des personnes et des cultures. N’est-ce pas là le but ultime de toute vie ?